GPS contre Galilée

WP33 Pro with GPS and Galileo

GPS et Galileo sont deux grands noms des systèmes de navigation par satellite. Le premier, né aux États-Unis, est désormais un service public incontournable à l’échelle mondiale. Et puis arrive Galileo, la réponse européenne aux besoins de navigation. Infrastructure? Similaire. Fonctionnalité? Presque identique : offrant des services de positionnement, de navigation et de synchronisation (PNT).
Pourtant, il serait négligent d'ignorer leurs éléments uniques : des racines aux capacités en passant par les contraintes, voire l'interopérabilité ! Êtes-vous prêt pour une étude approfondie du GPS et de Galileo? ? Dans cet article, nous découvrons les principales distinctions et parallèles ; ainsi que des informations sur ce que tout cela signifie pour les utilisateurs ou les parties prenantes !


Origines et principes


Le système de positionnement global (GPS), ou Navstar GPS, est issu des années 70 et appartient au gouvernement des États-Unis. Essentiellement, il s’agit d’un système de navigation qui prospère grâce aux fonctionnalités des satellites ! Initialement, les initiatives militaires en étaient au cœur avant d’ouvrir la voie à des activités civiles et commerciales. Depuis 1993, la couverture mondiale est devenue transparente grâce à une constellation de 24 satellites.
Sur un autre spectre se trouve Galileo - le système européen, qui favorise largement les utilisateurs civils disposant de services de navigation. Malgré leurs origines et leurs objectifs principaux différents, le GPS et Galileo sont tous deux construits sur la même structure infrastructurelle, offrant des fonctionnalités similaires. Voilà donc devant nous les services de Positionnement, Navigation, Timing (PNT) par excellence !


Segments d'espace et de contrôle


En associant le GPS aux systèmes Galileo, nous concluons un accord en trois segments : espace, contrôle et utilisateur. Le contrôle joue un rôle essentiel dans le domaine GPS. La cible? Précision et maintenance des satellites. Il comprend un système de stations de surveillance terrestres chargées de surveiller les satellites GPS dans l'espace. Ces stations ajustent en permanence les décalages d'horloge et transmettent les corrections aux satellites.
Sur une ligne similaire se trouve le segment de contrôle Galileo (GCS). Il prend en charge diverses fonctions telles que la régulation et la gestion des constellations de satellites, ainsi que l'entretien des engins spatiaux. Vous trouverez deux centres de contrôle et une suite de stations émettant à l'échelle mondiale sous l'égide colorée du segment sol Galileo - surveillant et contrôlant ces secteurs !
La constellation Galileo est composée de 30 satellites positionnés en orbite terrestre moyenne. Ces satellites sont répartis sur trois plans orbitaux, avec 10 satellites dans chaque plan. Chaque satellite est équipé de divers sous-systèmes conçus pour les fonctions de navigation et de chronométrage.


Services et fonctionnalités


Le GPS et Galileo ont suscité l'admiration du monde entier, notamment dans le domaine de la navigation par satellite.

 

WP33 Pro with GPS and Galileo outdoor


Passer au GPS : pensez à plus de quatre milliards d'utilisateurs dans le monde ! C'est indéniablement une référence en matière de navigation par satellite grâce à ses services de positionnement, de navigation et de synchronisation (PNT). Son objectif principal est la détermination de la position, et la navigation n’y est pas étrangère non plus. Points bonus pour l'interopérabilité, car il se connecte parfaitement avec d'autres systèmes mondiaux de navigation par satellite ou constellations GNSS.
Galileo ne se retire pas non plus ! Fier de fournir les informations de navigation par satellite les plus précises au monde, il est tout simplement impressionnant. Comme le fait le GPS, Galileo se spécialise également dans les services PNT axés sur les tâches de détermination de position et de navigation. La cerise sur le gâteau? Galileo s'associe de manière transparente au système GPS américain pour améliorer les géométries locales et l'optimisation des performances spécifiques à la région.
Galileo propose une suite de services, notamment le Galileo Open Service (OS) et le High Accuracy Service (HAS). Toujours en évolution, toujours en expansion pour des besoins toujours croissants. Le nouveau mode de fonctionnement étendu du système d'exploitation? améliore la robustesse. Son influence se répercute sur l'amélioration des performances, comme un délai de première réparation plus rapide.'


Limites et défis


Le GPS et Galileo ne sont pas sans faiblesses, ce qui nuit aux performances et à la fiabilité. Le GPS, couplé au GLONASS, souffre de quatre inconvénients importants qui freinent leur utilisation dans des applications à enjeux élevés comme l'aviation civile. Ces contraintes englobent des déficiences en matière d'intégrité, de disponibilité et de continuité du service, ainsi que des imprécisions lors d'étapes cruciales du vol.
Ce n'est pas tout ; Galilée a sa propre histoire d'épreuves. Les échecs de la phase de développement se sont révélés être des revers qui ont affecté tout le potentiel de la robuste constellation de 30 satellites. De plus, Galileo continue de se débattre avec des délais initiaux et des engagements antérieurs excessivement optimistes, ce qui entraîne une baisse de sa fiabilité et un moindre intérêt du secteur privé pour les technologies associées à Galileo.
Les deux systèmes sont confrontés à des vulnérabilités : les erreurs de signal satellite, les perturbations atmosphériques incontrôlées, les imprécisions des récepteurs et même les facteurs environnementaux qui gênent posent des défis à la fois au GPS et à Galileo, reflétant les limitations présentes dans l'architecture de chaque système.


Interopérabilité et collaboration


Le travail d'équipe permet de réaliser un rêve, et le GPS, aux côtés de Galileo, constitue un excellent exemple. Originaires respectivement des États-Unis et de l’Union européenne, ces deux pays sont des partenaires proches dans ce domaine depuis 2004.
Ce qui a commencé avec un accord historique s'est transformé en une entreprise combinée pour le GPS et le programme naissant Galileo. La vision? Une interopérabilité simple entre le GPS et Galileo au bénéfice des utilisateurs civils du monde entier.
Découvrez ce qui se cache derrière leur collaboration :
    ●  Compatibilité et interopérabilité des radiofréquences – Ils fonctionnent dans des bandes de fréquences identiques, ce qui simplifie le processus de combinaison de leurs signaux
     ●  Commerce et civil applications - L'objectif consiste à maintenir le marché mondial lié aux PNT spatiaux en plein essor avec l'égalité des chances. Aucun parti pris ici !
    ●  Création et développement des systèmes à venir – En collaboration, GPS et Galileo se consacrent à assurer l'harmonie et le fonctionnement fluide des futurs systèmes.
    ●  Signaux civils partagés : un effort conjoint des États-Unis et de l'Union européenne est en cours pour promouvoir l'adoption de signaux civils communs par tous les fournisseurs de systèmes PNT spatiaux. Cette initiative vise à améliorer la compatibilité et l’interopérabilité mondiales des utilisateurs, en s’alignant sur les signaux utilisés par GPS et Galileo.
De telles initiatives améliorent l'efficacité, la sécurité et les performances globales des aficionados du PNT à travers la planète. La synergie entre le GPS et Galileo a en effet comblé les lacunes du monde GNSS. Étant des systèmes complémentaires, ils se reflètent tout en conservant des aspects distincts qui renforcent leur utilité.

ARTICLES LIÉS

Leave a comment

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Please note, comments must be approved before they are published